Tag: Diagenèse

Soutenance de Thèse de Maxime Virolle, 28 juin 2019

Maxime Virolle soutiendra sa thèse de doctorat intitulée « Origine et prédiction spatio-temporelle des tapissages argileux dans les réservoirs silicoclastiques – Apports de la comparaison entre des réservoirs enfouis (Permien et Crétacé) et un analogue actuel (estuaire de la Gironde) » le vendredi 28 juin, au bâtiment 510, 14h.

Lien Permanent pour cet article : http://hebergement.u-psud.fr/reliefetbassin/index.php/archive/soutenance-de-these-de-maxime-virolle-28-juin-2019/

Nouvel article sur les analyses in situ des black shales par Beate Orberger

L’étude intitulée «In-situ analyses of carbonaceous matter in manganiferous black shales: Analytical proxies and implication for ore processing» par B. Orberger, V. Delarue, C.Rodriguez, A.Salaün, T. Wallmach, R. Wirth, M. Boussafir, G. Dreux, S. Lafon et A. Schreiber vient d’être publiée dans la revue Minerals Engineering.

Carbonaceous matter is generally known to be problematic for metal recovery during metallurgical processing of black shales. In particularly, metal upgrading during beneficiation prior to (bio-) hydrometallurgical and/or pyrometallurgical processing is hindered by the presence of abundant carbonaceous matter (CM). This study presents the characterization of CM and mineral bound carbonaceous matter (CMP) in three manganese carbonate-rich shales hosting 6–8 wt% total organic carbon. Non-destructive methods, such as incident light microscopy, scanning electron (SEM) and focused-ion-beam-transmission electron microscopy (FIB-TEM), QEMSCAN and electron microprobe, were used to show that free CM is adsorbed onto illite-smectite surfaces. This form of CM ranges in grain size from sub-micrometer up to ≈100 μm. The most efficient method to show the illite-smectite association is SEM and for quantification of this association, QEMSCAN should be used. Mineral-bound carbonaceous matter may be relicts of extrapolymers (pyrite and/or carbonate) and needs characterization using FIB-TEM. The quantity of CM can then be estimated by a rough calculation as the difference between the total organic carbon (Rock Eval) and the free carbon calculated from normative mineral compositions based on X-ray Fluorescence (XRF) and X-ray-Diffraction (XRD) analyses. The mineral bound CM could not be detected by QEMSCAN under conventional analytical conditions. We estimated that about 85% of the CM in the test samples was adsorbed on mineral surfaces and about 15% was bound to minerals. The physical protection of the CM by clays, and the morphological and density differences between pyrite, carbonates and biochemically-bound CM in pyrite/carbonates needs to be taken into consideration in the process design.

Lien Permanent pour cet article : http://hebergement.u-psud.fr/reliefetbassin/index.php/archive/nouvel-article-sur-les-analyses-in-situ-des-black-shales-par-beate-orberger/

[Publication Sedimentary Geology] Fin de la grande plate-forme carbonatée jurassique dans le domaine ouest téthysien : déchiffrer le rôle relatif du climat et de la géodynamique

L’étude intitulée « Sedimentary architecture, depositional facies and diagenetic response to intracratonic deformation and climate change inferred from outcrops for a pivotal period (Jurassic/Cretaceous boundary, Paris Basin, France) » par Benjamin Brigaud, Benoît Vincent, Maurice Pagel, Antoine Gras, Aurélie Noret, Philippe Landrein et Emilia Huret vient d’être publiée dans la revue Sedimentary Geology , volume 373, pages 48-76.

En collaboration avec l’Andra, l’origine de la fin de la production carbonatée sur la plate-forme ouest Téthysienne vers la limite Jurassique/Crétacé a été examinée dans le Bassin de Paris. Vers cette limite Jurassique-Crétacé, au contraire d’autres limites de période, il a été impossible de trouver des marqueurs géo-biologiques globaux. Même des marqueurs communs au domaine ouest Téthysien n’ont pas été reconnus empêchant d’effectuer des corrélations inter-bassins très fiables de marqueur visible à grande échelle et empêchant de placer cette limite de manière certaine sur un grand nombre de coupes. Cette caractéristique de la limite Jurassique-Crétacé en fait une limite spéciale et compliquée à étudier. Les études de cette transition ont récemment connues un regain d’intérêt à travers les travaux du Berriasian Working Group travaillant sur la définition d’une coupe marquant la limite Jurassique-Crétacé (Gradstein, 2012). Ces travaux amènent d’intenses débats, sur la définition de cette limite. Malgré des affleurements de très bonne qualité, l’Est du Bassin de Paris n’a reçu que très peu d’attention comparé à d’autres dépôts de la même période dans le Jura, dans le Dorset et le dans Boulonnais. Afin de participer aux débats sur la définition de cette limite, une collaboration a été montée entre l’Université Paris-Sud (Benjamin Brigaud et Maurice Pagel), l’Andra (Philippe Landrein et Emilia Huret) et Cambridge Carbonate (Benoît Vincent) afin d’essayer de contribuer à apporter des précisions sur les changements paléo-environnementaux autour de cette limite. Un des objectifs affichés a été de déchiffrer l’influence respective des perturbations géodynamiques et climatiques par l’étude des affleurements situés à proximité de la commune de Bure (Meuse). D’un point de vue plus appliqué, les formations sédimentaires de la limite Jurassique-Crétacé forment les formations de surface situées à l’aplomb du Centre industriel de stockage géologique (Cigéo) de l’Andra. Caractériser les architectures sédimentaires des formations de la limite Jurassique/Crétacé est donc de tout intérêt puisque ces formations sont censées être excavées et aménagées lors de la construction éventuelle des descenderies et des rampes d’accès au site de stockage souterrain des déchets radioactifs.

Dans cette partie du Bassin de Paris, bassin intracratonique réputé relativement stable, quatorze lithofaciès ont été observés se répartissant dans deux grands systèmes de dépôt (1) une plate-forme carbonatée et (2) un environnement deltaïque. La production carbonatée de la plate-forme se termine entre le Berriasien inférieur et supérieur. Elle est d’ailleurs marquée par un processus de dolomitisation. Les signaux isotopiques de la dolomite (δ18O compris entre +2 et+4 et δ13C entre 1 et 3) suggèrent une dolomitisation syn-sédimentaire du sommet de plate-forme en environnements salés et sub-évaporitiques. Les reconstructions de l’architecture et du faciès ont permis de bien contraindre la grande discordance Jurassique-Crétacé (Jurassic Cretaceous Unconformity – JCU), qui est reconnue comme étant un important épisode structural dans le bassin de Paris. Elle se marque dans l’Est du Bassin de Paris par une surrection estimée à environ 80 m et une déformation NW-SE de faible longueur d’onde aboutissant à la mise en place d’un synclinal de 15 km de large sur 30 km de long. Cet événement tectonique tend très probablement à maintenir une sédimentation côtière dans des lagunes et des marais d’eau saumâtre à salée d’environnements supratidaux. L’évolution vers des environnements de plus en plus restreints sur la plate-forme est très probablement à l’origine des dolomites qui marquent les faciès purbeckiens. Il s’avère qu’un changement climatique (condition plus aride) associé à une tectonique locale a permis de déposer des sédiments dolomitiques et évaporitiques dans un synclinal.

Le principal changement de dépôt a eu lieu entre le Berriasien inférieur et supérieur. Il a été marqué par la fin de la production carbonatée (carbonatée et dolomitique) et des dépôts clastiques fluviatiles-deltaïques (faciès Wealdiens). Ce changement sédimentaire majeur s’est produit juste après un événement d’érosion majeur au cours du Berriasien supérieur correspondant à la discordance Ryazanienne (Ryazanian Unconformity – RU). Cette discontinuité se marque dans l’Est du Bassin de Paris par des incisions sur la plateforme forme carbonatée et un changement de lithologie passant de carbonates (faciès Purbeckien) à une série clastique (sables Wealdiens). Cette discontinuité semble être un mélange entre un début de karstification de la plateforme sous climat plutôt humide et une incision par des chenaux en domaine de plaine deltaïque. La phase de rifting dans le golfe de Gascogne et dans la zone pyrénéenne a probablement eu une influence majeure sur le nord de la France en provoquant une surrection globale de près de 120 m cumulée pendant le Tithonien. La géodynamique a très probablement joué un rôle majeur dans la disparition des faciès carbonatés dans le Bassin de Paris, permettant l’émersion de grandes surfaces de la plateforme. Les conditions climatiques locales plus fraîches et surtout plus humides à partir de la seconde moitié du Berriasien favorisent un afflux de sédiments terrigènes depuis le Massif de Londres-Brabant vers des domaines marins qui sont définitivement défavorables à la sédimentation carbonatée.

Lien Permanent pour cet article : http://hebergement.u-psud.fr/reliefetbassin/index.php/archive/publication-sedimentary-geology-fin-de-la-grande-plate-forme-carbonatee-jurassique-dans-le-domaine-ouest-tethysien-dechiffrer-le-role-relatif-du-climat-et-de-la-geodynamique/

[Publication en diagenèse] Définir les paléo-environnements lorsque les sédiments manquent : analyses géochimiques in situ des ciments des discontinuités

Les roches sédimentaires sont de formidables archives de l’histoire de notre planète et des bouleversements environnementaux qu’elle a connus. Néanmoins, les géologues s’accordent à dire que les accumulations sédimentaires n’enregistrent qu’une petite partie du temps, même dans des environnements marins à fort taux de sédimentation. Les environnements sédimentaires sont souvent marqués par des périodes d’arrêt de sédimentation, à l’origine de la formation de surfaces clefs appelées  » discontinuités sédimentaires « , dont l’origine est difficile à caractériser. Comme l’annonce la revue Sedimentology dans son numéro de Février 2018 [1], une équipe composée de chercheurs de l’Université Paris-Sud et du BRGM a montré comment exploiter la puissance de la spectrométrie de masse d’ions secondaires en utilisant un instrument national de l’INSU, la microsonde ionique CAMECA 1280 localisée à Nancy, pour révéler les secrets enfermés dans les discontinuités.

Les périodes de non-sédimentation, qui peuvent parfois durer plusieurs millions d’années, aboutissent à la formation de discontinuités entre les corps sédimentaires. Il est difficile de proposer des modèles de formation de ces discontinuités car leur histoire est complexe à caractériser. Les ciments dits  » précoces « , dont la taille ne dépasse généralement pas quelques dizaines de micromètres, précipitent et participent à la genèse des discontinuités. Au-delà de leur observation au microscope, leur petite taille rend leur caractérisation chimique compliquée car les méthodes d’analyse par spectrométrie de masse après attaque acide nécessitent de prélever des quantités trop importantes de carbonate (1mg). La taille d’investigation est dans le cas de la caractérisation des discontinuités un verrou important à leur compréhension.

Pour déterminer la succession d’évènements aboutissant au développement de plusieurs discontinuités sédimentaires contenues dans des sédiments carbonatés d’âge Jurassique (environ 170 millions d’années) du Bassin de Paris, l’équipe dirigée par Simon Andrieu a analysé les rapports isotopiques en oxygène et en carbone des ciments carbonatés associés directement sur lames minces, montrant qu’ils pouvaient servir de relai pour caractériser les conditions environnementales pendant les périodes de non-sédimentation.
Les observations aux microscopes photonique, électronique et à cathodoluminescence montrent que les ciments calcitiques cristallisant dans l’espace inter-granulaire pendant la période de non-sédimentation sont diversifiés, composés de onze types différents incluant des ciments fibreux de quelques dizaines de micromètres d’épaisseurs entourant les grains, de minuscules rhomboèdres de moins de 100 micromètres, des ciments gravitaires pendant à l’extrémité des grains ou encore des ménisques.
Les analyses isotopiques réalisées sur ces ciments constituent l’aspect novateur de l’étude. Elles montrent que ces derniers cristallisent dans des environnements très variés (marin peu profonds, plage, environnements terrestres côtiers) pendant les périodes de non sédimentation. Il s’avère que les discontinuités sédimentaires enregistrent une succession de nombreux évènements, incluant des périodes d’émersion, de recouvrement par la mer, des variations des conditions oxydo-réductrices ou encore des changements de l’activité microbienne. Bien que le temps enregistré dans les discontinuités reste inconnu (pouvant aller de la dizaine d’année à plusieurs millions d’années), l’étude des phases calcitiques dites  » précoces  » permet une caractérisation précise des conditions environnementales et de la succession d’évènements ayant lieu pendant les périodes de non-sédimentation, ce qui n’était pas faisable auparavant. Cette méthodologie adoptée pour l’investigation des discontinuités ouvre de nouvelles perspectives pour remonter à l’histoire des périodes de non-sédimentation et proposer des modèles de formation des discontinuités sédimentaires.


Figure : Sédiments oolitiques observés en microscopie à cathodoluminescence (à gauche) et en lumière naturelle après coloration de la lame (à droite)

Voir en ligne : Lien vers l’article dans Sedimentology

Lien Permanent pour cet article : http://hebergement.u-psud.fr/reliefetbassin/index.php/archive/publication-en-diagenese-definir-les-paleo-environnements-lorsque-les-sediments-manquent-analyses-geochimiques-in-situ-des-ciments-des-discontinuites/

Echantillonnage de roches sédimentaires dans le Colorado

Dans le cadre du projet CLAYCOAT, qui vise à comprendre la genèse des grès riches en argile, une mission d’échantillonnage a été réalisée par GEOPS (Maxime Virolle) en collaboration avec l’école d’ingénieur ENSEGID (Hugues Fenies, Raphael Bourillot) et ENGIE (Eric Portier) du 22 septembre au 02 octobre 2017 à Rangely, Colorado, USA. Cette mission a eu pour but de récolter des échantillons gréseux et de lever des logs sédimentologiques dans la Formation Sego Sandstones (Crétacé supérieur), formation composée de grès déposés dans un paléo-estuaire localisée sur la bordure Ouest du Western Interior Seaway. L’objectif de l’étude est de comparer cette formation gréseuse en terme de faciès sédimentaires et de géométrie avec l’estuaire de la Gironde, en comparant les objets de la micro-échelle (porosité, présence ou absence d’argile) à celle de l’estuaire entier (plusieurs dizaines de kilomètres) en passant par la dimension des barres sableuses (barre de méandres ou barres tidales, de l’ordre de plusieurs centaines de mètres de longueur et d’une épaisseur décamétrique).

L’analyse des faciès des affleurements de cette formation montre l’enregistrement d’une aggradation verticale sur plus de 50 mètres de dépôts mis en place en domaine marin peu profond (estuaire, delta) au Nord de Rangely, Colorado. Les logs stratigraphiques réalisés ainsi que les nombreux panoramas effectués sur le terrain permettent d’identifier des variations verticales et latérales de faciès, avec une succession verticale de barre tidale, de méandre puis sables de shoreface. Les échantillons replacés dans leur contexte paléo-environnemental serviront à réaliser des lames minces pour être étudiés en microscopie (photonique, électronique et cathodoluminescence) et identifier la présence ou l’absence de tapissage argileux autour des grains détritiques. Le but sera de comparer les résultats acquis avec ceux obtenus sur l’estuaire de la Gironde en termes d’environnement de dépôts, d’hydrodynamisme et de dépôt d’argile. Comparer ces deux objets sédimentaires, un système estuarien ancien et un estuaire actuel, permettra d’améliorer la compréhension des relations entre conditions hydrodynamiques (turbidité, vitesses de courant…) et la géométrie des corps sédimentaires (barres tidales et de méandres). A l’échelle microscopique, cette comparaison servira à améliorer la prédiction de la distribution spatiale et temporelle des tapissages argileux dans les réservoirs anciens enfouis à grande profondeur.

Lien Permanent pour cet article : http://hebergement.u-psud.fr/reliefetbassin/index.php/archive/echantillonnage-de-roches-sedimentaires-colorado/

Carottage des barres sableuses d’un estuaire : comprendre le dépôt d’argile dans des sables

Dans les réservoirs géologiques silicoclastiques -estuariens notamment- la présence de tapissages argileux souvent en chlorite (clay coatings en anglais) autour des grains de quartz limitent grandement le développement des surcroissances de quartz. Les tapissages argileux permettent ainsi la préservation de bonnes propriétés réservoirs à de très grandes profondeurs (>4000 m), là où normalement les sédiments sont complètement cimentés. Dans ces formations détritiques, même si le lien entre présence de tapissages argileux et préservation de bonne porosité-perméabilité est maintenant bien admis, il existe beaucoup d’incertitudes sur l’origine du dépôt ou de la formation d’argiles dans les grès. Normalement, au moment du dépôt, le tri des grains engendré par l’hydrodynamisme empêche les argiles de se déposer en même temps et au même endroit que les sables. Pourtant, certains sédiments sableux contiennent des argiles en quantité non négligeable dans le registre fossile ou moderne. Il s’avère que les conditions de dépôt des argiles (<4 µm) avec du sable grossier au moment de la sédimentation dans un environnement à fort hydrodynamisme est un paradoxe sédimentologique qu’il convient de mieux appréhender. Afin de mieux comprendre les processus à l’origine du dépôt simultané d’argiles et de sables, et d’améliorer la prédiction de la distribution spatiale des roches réservoirs en sub-surface (notamment celles formées dans des estuaires fossiles), il a été envisagé d’étudier les sédiments déposés actuellement dans un estuaire hyper-turbide : l’estuaire de la Gironde (Sud-Ouest, France).



Dans le cadre du projet Claycoat, collaboration scientifique entre l’Université Paris Sud, l’École Nationale Supérieure en Environnement, Géoressources et Ingénierie du Développement durable (ENSEGID) de Bordeaux, l’Université de Poitiers et Engie, 10 campagnes de carottage sur des barres sableuses remplissant l’estuaire de la Gironde ont été réalisées entre novembre 2015 et mai 2017. Ces campagnes de carottage, pilotées par Maxime Virolle (Univ. Paris-Sud) ont permis de réaliser 10 carottes sédimentaires pour un total de 50 m carottés dans 3 barres sableuses positionnées dans l’estuaire entre Bordeaux et le phare de Richard (barres de Bordeaux, de Plassac et de Richard). La description des carottes permet de reconstituer l’histoire de formation de ces barres sableuses remplissant actuellement l’estuaire de la Gironde depuis 6 000 ans, bien calée par les datations réalisées au carbone 14 et au Cs/Pb sur les matières organiques et sédiments récoltés sur les carottes. L’observation au microscope des échantillons a permis de mettre en évidence la présence quasi systématique d’argile (essentiellement smectite et illite) dans les sables, formant des agrégats de plusieurs dizaines de micromètres collés sur la surface des grains de quartz. Au sein des agrégats argileux, d’autres éléments sont identifiables tels que la pyrite, des éléments carbonatés ou des diatomées. Les diatomées sont observées tout le long de l’estuaire dans les échantillons, et les biofilms qu’elles produisent pourraient jouer un rôle important dans le collage des particules argileuses à la surface de grains détritiques, participant ainsi au piégeage des argiles dans les sables de l’estuaire de la Gironde. Ces argiles qui tapissent en partie les grains détritiques constitueraient un précurseur important à la formation de coatings bien cristallisés si, lors de l’enfouissement, elles se transforment en minéraux argileux bien cristallisés (chlorite et/ou illite) recouvrant la totalité des grains de quartz et préservant la porosité et la perméabilité à de grandes profondeurs.

L’origine et la distribution spatiale de ces argiles dans les sédiments sableux sont donc des enjeux majeurs dans la prospection de réservoirs pour le stockage de gaz ou la géothermie haute-énergie.

Lien Permanent pour cet article : http://hebergement.u-psud.fr/reliefetbassin/index.php/archive/carottage-barres-sableuses-dun-estuaire-comprendre-depot-dargile-sables/

Nouvelle publication en diagenèse couplant températures Δ47, δ18O de l’eau et datations U-Pb

L’étude intitulée «Improving paleohydrological and diagenetic reconstructions in calcite veins and breccia of a sedimentary basin by combining Δ47 temperature, δ18Owater and U-Pb age» par Maurice Pagel, Magali Bonifacie, David A. Schneider, Cécile Gautheron, Benjamin Brigaud, Damien Calmels, Alexandre Cros, Bertrand Saint-Bezar, Philippe Landrein, Chelsea Sutcliffe, Donald Davis, Carine Chaduteau est acceptée pour être publiée dans la revue Chemical Geology.

Lien Permanent pour cet article : http://hebergement.u-psud.fr/reliefetbassin/index.php/archive/nouvelle-publication-diagenese-couplant-47-temperature-18o-eau-datations-u-pb/

Maurice Pagel reçoit la médaille d’argent SGA-KGHM KROL

Maurice Pagel a reçu la médaille d’argent SGA-KGHM KROL lors du 14ème congrès « Mineral Resources to Discover » qui s’est tenu à Québec du 20 au 23 août 2017 pour ses services éminents à la « Society for Geology Applied to Mineral Deposits ».

Lien Permanent pour cet article : http://hebergement.u-psud.fr/reliefetbassin/index.php/archive/maurice-pagel-recoit-medaille-dargent-sga-kghm-krol/

Nouvelle publication sur les processus de dolomitisation

L’étude intitulée « Iron (oxy)hydroxide and hematite micro- to nano-inclusions in diagenetic dolomite from a 2.4 Ga banded iron formation (Minas Gerais, Brazil) »  par Orberger, B., Wagner, C, Tudryn, A., Baptiste, B., Wirth, R., Morgan, R., Miska, S., est prêt à être publiée dans la revue European Journal of Mineralogy

 

http://eurjmin.geoscienceworld.org/content/early/2017/09/22/ejm.2017.0029-2679

Lien Permanent pour cet article : http://hebergement.u-psud.fr/reliefetbassin/index.php/archive/nouvelle-publication-processus-de-dolomitisation/

Info INSU: Pourquoi trouve-t-on des roches très poreuses à plus de 3,5 km de profondeur

Pourquoi des réservoirs d’hydrocarbures sont-ils présents à de grandes profondeurs alors que les lois d’enfouissement prédisent une réduction drastique de la porosité ? C’est la question à laquelle des chercheurs de Géosciences Paris Sud (GEOPS, CNRS / Université PARIS-SUD) et de la société ENGIE ont répondu, au moins en partie, en réalisant une étude pétrographique et minéralogique de roches prélevées au large de la côte nord-ouest de l’Australie lors de compagnes de forages profonds. Ils ont également ainsi montré que les formations sableuses déposées dans des estuaires, et maintenant très enfouies, sont des cibles de choix pour la prospection pétrolière.
@INSU-CNRS

Retrouvez l’intégralité de l’article sur le site de l’INSU

Graphical Abstract

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A – Reconstruction de l’estuaire permien (il y a 270 Ma), localisé alors à 200 km au large de l’Australie. B – Observation au microscope électronique à balayage des agrégats de précurseurs argileux et des tapissages de chlorite ferreuse.

Source :

Saïag, J., Brigaud, B., Portier, E., Desaubliaux, G., Bucherie, A., Miska, S., Pagel, M., 2016. Sedimentological control on the diagenesis and reservoir quality of tidal sandstones of the Upper Cape Hay Formation (Permian, Bonaparte Basin, Australia). Marine and Petroleum Geology. 77, 597-624

Voir en ligne : site web INSU

Lien Permanent pour cet article : http://hebergement.u-psud.fr/reliefetbassin/index.php/archive/nouvel-article-marine-and-petroleum-geology/

Actu INSU 2016: La fluorine du Morvan à la Une

Retrouver l’article de l’INSU sur les travaux de l’équipe Relief, Bassin et Ressources de l’UMR GEOPS.
http://www.insu.cnrs.fr/node/5605

Lien Permanent pour cet article : http://hebergement.u-psud.fr/reliefetbassin/index.php/archive/actu-insu-les-travaux-de-rbr-a-la-une-2/

CLAYCOAT: un programme national de R&D en géologie sédimentaire

CLAYCOAT « CLAY COATing in shallow marine clastic deposits to improve reservoir quality prediction » est un programme national de recherche et développement (R&D) en géologie sédimentaire, financé par ENGIE associant les Universités Paris-Sud, de Poitiers, l’Institut Polytechnique de Bordeaux et ENGIE.

Ce projet vient de démarrer au 1er janvier 2015 et se terminera en 2018. L’objectif de ce programme R&D est d’essayer d’améliorer notre compréhension sur le dépôt d’argile dans les séries sableuses estuariennes, formant de minuscules (10 micromètres) tapissages argileux autour des grains de quartz. Même minuscules, ces tapissages favorisent la conservation des bonnes porosités et perméabilités des sédiments lors de leur enfouissement, même à très grandes profondeurs (>3500m) et contribuent ainsi à former des réservoirs d’eau ou d’hydrocarbures. Cependant, les conditions de formation de ces argiles restent très peu connues (lieu dans l’estuaire, chimie de l’eau, timing…).

L’objectif de ce projet vise à mettre en parallèle (1) des observations et caractérisations sédimentologiques de dépôts quaternaires avec (2) des observations et analyses d’échantillons de subsurface afin de mieux comprendre l’origine du développement des tapissages argileux dans les grès.

Par analogie avec des analogues actuels, les processus en jeu déterminant la minéralogie et la distribution spatio-temporelle des tapissages argileux dans les réservoirs anciens devront être mieux appréhendés afin de prendre en compte ces paramètres dans les modèles de prédictions des qualités réservoirs.

Porteur du projet : Benjamin Brigaud (Université Paris-Sud)

Partenaires:

ENGIE (Eric Portier, Guy Désaubliaux),

Institut Polytechnique de Bordeaux (Raphaël Bourillot, Hugues Féniès)

Université de Poitiers (Patricia Patrier)

Université Paris-Sud (Maxime Virolle, Benjamin Brigaud)

Infos: CLAYCOAT

 

 

 

Lien Permanent pour cet article : http://hebergement.u-psud.fr/reliefetbassin/index.php/archive/claycoat-un-programme-national-rd-en-geologie-sedimentaire/

Participation de l’équipe au congrès de l’AGBP

Retrouver les résumés des travaux de l’équipe présentés lors du congrès de l’AGBP 2014 à Paris. PDF

Lien Permanent pour cet article : http://hebergement.u-psud.fr/reliefetbassin/index.php/archive/participation-de-lequipe-au-congres-de-lagbp/

Retour sur la Journée thématique de l’ASF « Diagenèse » – Orsay 4 juillet

Le 4 juillet, la réunion thématique de l’Association des Sédimentologistes Français organisée par le laboratoire Géosciences Paris-Sud (GEOPS) sur le thème de la « Diagenèse : avancées récentes et perspectives » a réuni 110 personnes à Orsay. Cette réunion a été organisée en l’honneur de Maurice Pagel (Professeur émérite à l’Université Paris-Sud) qui s’est attaché une grande partie de sa carrière à comprendre les processus diagénétiques « i.e. transformations physiques, chimiques ou biologiques qui se produisent dans les sédiments, débutant immédiatement après leur dépôt pour se prolonger jusqu’à aujourd’hui » dans les bassins sédimentaires.

L’objectif a été de rassembler des spécialistes couvrant un domaine allant des approches académiques aux applications industrielles afin de faire le point sur notre compréhension des processus diagénétiques dans les séries sédimentaires carbonatées, silicoclastiques ou argileuses et leur intégration dans la prédiction des qualités des réservoirs pétroliers, de stockage (de déchets radioactifs par exemple) ou d’accumulation d’hydrocarbures et de métaux stratégiques.

L’intérêt majeur a été de réunir des chercheurs du monde universitaire et des ingénieurs du monde industriel issus soit d’établissements publics à caractère industriel et commercial comme le Brgm, l’Andra, l’IFPEN ou des grands groupes de l’énergie comme Total ou Gdf-Suez. La vingtaine de présentations, dont deux réalisées par des chercheurs invités de l’University of Liverpool et de la KU Leuven, a permis de faire un état des lieux sur les avancées nouvelles du domaine notamment concernant les méthodes de reconstruction de l’histoire thermique des bassins sédimentaires, de datation des minéraux authigènes ou de modélisation mettant en lien la qualité des réservoirs pétroliers avec la diagenèse. La réunion aura permis de discuter les perspectives nouvelles et d’identifier les défis à relever dans le domaine de la diagenèse afin de faire émerger des collaborations.

comm_diagenese

Lien Permanent pour cet article : http://hebergement.u-psud.fr/reliefetbassin/index.php/archive/retour-sur-la-journee-thematique-de-lasf-diagenese-orsay-4-juillet/

Formation par la recherche: 10 stages de M1 dans l’équipe démarrent!

Noël N’Guessan – Investigation de l’anisotropie sismique et électrique au LSBB, Encadrant Hermann Zeyen

Matthieu Epiart – Modélisation intégrée de la lithosphère syrienne, Stage interface Relief Bassin Ressources et Géochronologie, Dynamique des systèmes volcaniques, Encadrant Hermann Zeyen

Justine Négrel – Préservation des empreintes de pas de dinosaures sur une rampe carbonatée peu profonde: influence des environnements de dépôt, des voiles microbiens et de la diagenèse précoce (Hettangien, Causses), Encadrants: Benjamin Brigaud et Georges Gand (Université de Bourgogne)

Vincent Deliancourt – Minéralisation de sulfure dans les Grès de Chaunoy à 2000 m de profondeur (Trias, centre du Bassin de Paris, Evry), Encadrants: Morgane Gigoux et Benjamin Brigaud

Marie Balon – Modélisation cinématique d’un bassin continental basée sur l’interprétation de données sismiques et l’utilisation d’un software de restauration 3D (Dynel 3D), Encadrant: Bertrand Saint-Bézar

Sebastien Lenard – Exhumation des fjords du nord de la Scandinavie: contrainte par la thermochronologie (U-Th)/He sur apatite, Encadrant: Cécile Gautheron

Juliette Rat – Relations tectonique minéralisation à l’interface socle couverture sur la bordure orientale des Causses, France. Encadrant: Yves Missenard

Priscilla Préhaut – Lien entre soulèvement et minéralisations sur la bordure du bassin des Causses. Encadrant: Jocelyn Barbarand

Floriane Ahadi – Exhumation des roches plutoniques des îles Kerguelen : rôle du climat? Encadrant: Guillaume Delpech

Laurine Drugat – Processus de dolomitisation dans des sédiments de plateforme marine peu profonde: Exemple des calcaires Sinémurien de Bouarfa (Maroc), Encadrants: Ludovic Lafforgue et Benjamin Brigaud

Lien Permanent pour cet article : http://hebergement.u-psud.fr/reliefetbassin/index.php/archive/formation-par-la-recherche-10-stages-de-m1-dans-lequipe-demarrent/