Tag: Sédimentologie

[Publication Sedimentology] Les tapissages argileux dans les estuaires: exemple de l’estuaire de la Gironde

L’étude intitulée «Detrital clay grain coats in estuarine clastic deposits: origin and spatial distribution within a modern sedimentary system, the Gironde Estuary (south‐west France)» par Maxime Virolle, Benjamin Brigaud, Raphaël Bourillot, Hugues Féniès, Eric Portier, Thibault Duteil, Julius Nouet, Patricia Patrier et Daniel Beaufort vient d’être acceptée pour publication dans la revue Sedimentology.

Porosity and permeability may be preserved in deep sandstone reservoirs by clay coating (mainly chlorite), which limits quartz overgrowths. Chloritization around quartz grains results mainly from mineralogical transformations of pre‐existing clays. It is fundamental to study those clay precursors to better understand and predict the location and distribution of clay coatings in subsurface sandstones for petroleum or geothermal prospecting. This paper reports a high‐resolution analysis of the composition, distribution and fabric of clays along a modern estuary, the Gironde (south‐west France). The scale of the study ranges from thin sections, through sand bar bodies, up to the entire estuary. Results show that clays are detrital and deposited at the same time as sand grains despite strong hydrodynamic conditions. Clays bind to medium‐grained sands forming detrital clay grain coats. On average, 26% of detrital sand grains are coated along the entire length of the estuary. Coat thickness varies from 1 μm to more than 200 μm, and coat coverage exceeds 30% in some samples. The turbidity maximum zone position (surface water turbidity from 1 to 10 g.l−1) in the estuary, which is controlled by seasonal variations in hydrodynamic processes, significantly impacts the location of the maximum clay content and the abundance of coated grains in sandy facies along the estuary. Flocculation in the water column results in the accumulation of suspended matter and contributes to the high turbidity in the estuary. Exopolymeric substances produced by diatoms are observed both in the field and by cryo‐scanning electron microscopy, suggesting that they may play a major role in binding detrital clay around sand grains. Finally, tidal bars and heterolithic point bars in the estuary funnel and estuarine channels are prime sedimentological targets for finding clay coatings and potentially good reservoir quality in deeply buried sandstones.

Lien Permanent pour cet article : http://hebergement.u-psud.fr/reliefetbassin/index.php/archive/publication-sedimentology-les-tapissages-argileux-dans-les-estuaires-exemple-de-lestuaire-de-la-gironde/

[Publication Sedimentary Geology] Fin de la grande plate-forme carbonatée jurassique dans le domaine ouest téthysien : déchiffrer le rôle relatif du climat et de la géodynamique

L’étude intitulée « Sedimentary architecture, depositional facies and diagenetic response to intracratonic deformation and climate change inferred from outcrops for a pivotal period (Jurassic/Cretaceous boundary, Paris Basin, France) » par Benjamin Brigaud, Benoît Vincent, Maurice Pagel, Antoine Gras, Aurélie Noret, Philippe Landrein et Emilia Huret vient d’être publiée dans la revue Sedimentary Geology , volume 373, pages 48-76.

En collaboration avec l’Andra, l’origine de la fin de la production carbonatée sur la plate-forme ouest Téthysienne vers la limite Jurassique/Crétacé a été examinée dans le Bassin de Paris. Vers cette limite Jurassique-Crétacé, au contraire d’autres limites de période, il a été impossible de trouver des marqueurs géo-biologiques globaux. Même des marqueurs communs au domaine ouest Téthysien n’ont pas été reconnus empêchant d’effectuer des corrélations inter-bassins très fiables de marqueur visible à grande échelle et empêchant de placer cette limite de manière certaine sur un grand nombre de coupes. Cette caractéristique de la limite Jurassique-Crétacé en fait une limite spéciale et compliquée à étudier. Les études de cette transition ont récemment connues un regain d’intérêt à travers les travaux du Berriasian Working Group travaillant sur la définition d’une coupe marquant la limite Jurassique-Crétacé (Gradstein, 2012). Ces travaux amènent d’intenses débats, sur la définition de cette limite. Malgré des affleurements de très bonne qualité, l’Est du Bassin de Paris n’a reçu que très peu d’attention comparé à d’autres dépôts de la même période dans le Jura, dans le Dorset et le dans Boulonnais. Afin de participer aux débats sur la définition de cette limite, une collaboration a été montée entre l’Université Paris-Sud (Benjamin Brigaud et Maurice Pagel), l’Andra (Philippe Landrein et Emilia Huret) et Cambridge Carbonate (Benoît Vincent) afin d’essayer de contribuer à apporter des précisions sur les changements paléo-environnementaux autour de cette limite. Un des objectifs affichés a été de déchiffrer l’influence respective des perturbations géodynamiques et climatiques par l’étude des affleurements situés à proximité de la commune de Bure (Meuse). D’un point de vue plus appliqué, les formations sédimentaires de la limite Jurassique-Crétacé forment les formations de surface situées à l’aplomb du Centre industriel de stockage géologique (Cigéo) de l’Andra. Caractériser les architectures sédimentaires des formations de la limite Jurassique/Crétacé est donc de tout intérêt puisque ces formations sont censées être excavées et aménagées lors de la construction éventuelle des descenderies et des rampes d’accès au site de stockage souterrain des déchets radioactifs.

Dans cette partie du Bassin de Paris, bassin intracratonique réputé relativement stable, quatorze lithofaciès ont été observés se répartissant dans deux grands systèmes de dépôt (1) une plate-forme carbonatée et (2) un environnement deltaïque. La production carbonatée de la plate-forme se termine entre le Berriasien inférieur et supérieur. Elle est d’ailleurs marquée par un processus de dolomitisation. Les signaux isotopiques de la dolomite (δ18O compris entre +2 et+4 et δ13C entre 1 et 3) suggèrent une dolomitisation syn-sédimentaire du sommet de plate-forme en environnements salés et sub-évaporitiques. Les reconstructions de l’architecture et du faciès ont permis de bien contraindre la grande discordance Jurassique-Crétacé (Jurassic Cretaceous Unconformity – JCU), qui est reconnue comme étant un important épisode structural dans le bassin de Paris. Elle se marque dans l’Est du Bassin de Paris par une surrection estimée à environ 80 m et une déformation NW-SE de faible longueur d’onde aboutissant à la mise en place d’un synclinal de 15 km de large sur 30 km de long. Cet événement tectonique tend très probablement à maintenir une sédimentation côtière dans des lagunes et des marais d’eau saumâtre à salée d’environnements supratidaux. L’évolution vers des environnements de plus en plus restreints sur la plate-forme est très probablement à l’origine des dolomites qui marquent les faciès purbeckiens. Il s’avère qu’un changement climatique (condition plus aride) associé à une tectonique locale a permis de déposer des sédiments dolomitiques et évaporitiques dans un synclinal.

Le principal changement de dépôt a eu lieu entre le Berriasien inférieur et supérieur. Il a été marqué par la fin de la production carbonatée (carbonatée et dolomitique) et des dépôts clastiques fluviatiles-deltaïques (faciès Wealdiens). Ce changement sédimentaire majeur s’est produit juste après un événement d’érosion majeur au cours du Berriasien supérieur correspondant à la discordance Ryazanienne (Ryazanian Unconformity – RU). Cette discontinuité se marque dans l’Est du Bassin de Paris par des incisions sur la plateforme forme carbonatée et un changement de lithologie passant de carbonates (faciès Purbeckien) à une série clastique (sables Wealdiens). Cette discontinuité semble être un mélange entre un début de karstification de la plateforme sous climat plutôt humide et une incision par des chenaux en domaine de plaine deltaïque. La phase de rifting dans le golfe de Gascogne et dans la zone pyrénéenne a probablement eu une influence majeure sur le nord de la France en provoquant une surrection globale de près de 120 m cumulée pendant le Tithonien. La géodynamique a très probablement joué un rôle majeur dans la disparition des faciès carbonatés dans le Bassin de Paris, permettant l’émersion de grandes surfaces de la plateforme. Les conditions climatiques locales plus fraîches et surtout plus humides à partir de la seconde moitié du Berriasien favorisent un afflux de sédiments terrigènes depuis le Massif de Londres-Brabant vers des domaines marins qui sont définitivement défavorables à la sédimentation carbonatée.

Lien Permanent pour cet article : http://hebergement.u-psud.fr/reliefetbassin/index.php/archive/publication-sedimentary-geology-fin-de-la-grande-plate-forme-carbonatee-jurassique-dans-le-domaine-ouest-tethysien-dechiffrer-le-role-relatif-du-climat-et-de-la-geodynamique/

Echantillonnage de roches sédimentaires dans le Colorado

Dans le cadre du projet CLAYCOAT, qui vise à comprendre la genèse des grès riches en argile, une mission d’échantillonnage a été réalisée par GEOPS (Maxime Virolle) en collaboration avec l’école d’ingénieur ENSEGID (Hugues Fenies, Raphael Bourillot) et ENGIE (Eric Portier) du 22 septembre au 02 octobre 2017 à Rangely, Colorado, USA. Cette mission a eu pour but de récolter des échantillons gréseux et de lever des logs sédimentologiques dans la Formation Sego Sandstones (Crétacé supérieur), formation composée de grès déposés dans un paléo-estuaire localisée sur la bordure Ouest du Western Interior Seaway. L’objectif de l’étude est de comparer cette formation gréseuse en terme de faciès sédimentaires et de géométrie avec l’estuaire de la Gironde, en comparant les objets de la micro-échelle (porosité, présence ou absence d’argile) à celle de l’estuaire entier (plusieurs dizaines de kilomètres) en passant par la dimension des barres sableuses (barre de méandres ou barres tidales, de l’ordre de plusieurs centaines de mètres de longueur et d’une épaisseur décamétrique).

L’analyse des faciès des affleurements de cette formation montre l’enregistrement d’une aggradation verticale sur plus de 50 mètres de dépôts mis en place en domaine marin peu profond (estuaire, delta) au Nord de Rangely, Colorado. Les logs stratigraphiques réalisés ainsi que les nombreux panoramas effectués sur le terrain permettent d’identifier des variations verticales et latérales de faciès, avec une succession verticale de barre tidale, de méandre puis sables de shoreface. Les échantillons replacés dans leur contexte paléo-environnemental serviront à réaliser des lames minces pour être étudiés en microscopie (photonique, électronique et cathodoluminescence) et identifier la présence ou l’absence de tapissage argileux autour des grains détritiques. Le but sera de comparer les résultats acquis avec ceux obtenus sur l’estuaire de la Gironde en termes d’environnement de dépôts, d’hydrodynamisme et de dépôt d’argile. Comparer ces deux objets sédimentaires, un système estuarien ancien et un estuaire actuel, permettra d’améliorer la compréhension des relations entre conditions hydrodynamiques (turbidité, vitesses de courant…) et la géométrie des corps sédimentaires (barres tidales et de méandres). A l’échelle microscopique, cette comparaison servira à améliorer la prédiction de la distribution spatiale et temporelle des tapissages argileux dans les réservoirs anciens enfouis à grande profondeur.

Lien Permanent pour cet article : http://hebergement.u-psud.fr/reliefetbassin/index.php/archive/echantillonnage-de-roches-sedimentaires-colorado/

Dynamique sédimentaire et diagenèse d’une bordure de plateforme carbonatée

Pour améliorer notre connaissance de la distribution des propriétés réservoirs (porosité et perméabilité) dans les bordures des plateformes carbonatées, la connexion entre les faciès, la stratigraphie séquentielle et les processus diagénétiques précoces (diagenèse ou lithification du sédiment très rapide après le dépôt) des discontinuités a été étudiée sur la bordure de plateforme oolithique bathonienne du nord-est du Bassin Aquitain (région d’Angoulême).

Huit faciès ont été déterminés le long d’une coupe reliant des affleurements sur une distance d’environ 60 kilomètres. Ils se distribuent dans (1) le pied de pente, (2) la bordure de plateforme progradante, (3) le cordon oolthique, (4) la plateforme intérieure ouverte, (5) le foreshore et (6) le continent. La transition entre les faciès de plateforme interne et de pied de pente est marquée par des clinoformes longs de plus de cents mètres. La production carbonatée est confinée dans la plateforme interne peu profonde et exportée vers le large, entrainant la progradation des clinoformes dont l’angle était compris 20° et 25°. La profondeur de la zone de transition entre les faciès de grainstones oolithiques et les alternances marno-calcaires, à la base de la pente a pu être estimée entre 40 m et 75 m.

Architecture stratigraphique de la bordure de la plateforme carbonatée du Bassin aquitain, associée aux faciès sédimentaires

La dynamique sédimentaire varie de façon similaire au sein des quatre séquences identifiées au cours du Bathonien. Pendant le dépôt des cortèges transgressifs, la sédimentation est essentiellement localisée sur la plateforme interne et l’export de carbonate est négligeable. Pendant le dépôt des cortèges de haut niveau marin, l’export de carbonate augmente, générant la progradation de la bordure de plateforme. Les maximas de régression se marquent par des hiatus sédimentaires sur la plateforme interne, où une même discontinuité passe latéralement d’une surface subaérienne à un hardground marin. L’érosion des hargrounds sous des conditions de fort hydrodynamisme entraine l’export puis le dépôt d’intraclastes précocement cimentés le long de la pente de la bordure de plateforme, formant le cortège de bas-niveau marin.

En ce qui concerne la diagenèse, les ciments précoces sont uniquement localisés un mètre sous les discontinuités sédimentaires dans les dépôts de plateforme interne. Leur absence dans les calcaires de la bordure de plateforme est due à un taux de sédimentation continu, conséquent (1) de l’export des sédiments carbonatés vers le large et (2) de conditions hydrodynamiques plus faibles. Ces conditions particulières font des bordures de plateformes carbonatées un des seuls environnements où des faciès grainstones ne sont pas associés avec le développement de ciments précoces. Dans le cas de la plateforme étudiée, les faciès de sa bordure sont très poreux, peu colmatés par la calcite de blocage lors de l’enfouissement, et forme un excellent réservoir (roche poreuse et perméable).

Andrieu S., Brigaud B., Barbarand J., Lasseur E., 2017. Linking early diagenesis and sedimentary facies to sequence stratigraphy on a prograding oolitic wedge : the Bathonian of western France (Aquitaine Basin). Marine and Petroleum Geology. 81, 169-195

Lien Permanent pour cet article : http://hebergement.u-psud.fr/reliefetbassin/index.php/archive/dynamique-sedimentaire-diagenese-dune-bordure-de-plateforme-carbonatee/

Balade géochimique et minéralogique orceéenne en hommage à Michel Steinberg 19 mai 2017

GEOPS organisera la réunion spécialisée de la Société géologique de France « Balade géochimique et minéralogique orcéenne » en hommage à Michel Steinberg le vendredi 19 mai 2017, en partenariat avec l’Association des Sédimentologistes Français (ASF) et le Groupe Français des Argiles (GFA). Cette réunion aura lieu à Orsay Bât 338 de l’Université de Paris-Sud.

 

Organisateurs : Elisabeth Vergès, Alain Decarreau et Maurice Pagel

-Conférences invitées :

  • 9h30 – 10h00 – Elisabeth Vergès (Directrice du Service Stratégie Recherche et Innovation – Ministère de l’Éducation Nationale, de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche) Michel Steinberg, l’homme, son oeuvre
  • 10h00 – 10h30 – Christophe Colin (Professeur Université de Paris-Sud – UMR GEOPS) Les isotopes du néodyme, traceurs de la circulation océanique
  • 10h30 – 11h00 – Martine Buatier (Professeur Université de Franche-Comté – UMR Chrono environnement) Les argiles, marqueurs des interactions fluide-sédiment
  • 11h00 – 11h30 – Patrick Landais (Directeur Innovation, Développement et International – ANDRA) Le stockage géologique des déchets radioactifs – Le projet CIGEO
  • 11h30 – 12h00 – Gérard Blanc (Professeur Université de Bordeaux – UMR EPOC) Trajectoire de la pollution métallique en Gironde
  • 14h00 à 17h00 : Exposés et posters

Date limite de proposition de communication le 20 mars 2017

Inscription gratuite mais obligatoire avant le 15 avril 2017 par courrier électronique à maurice.pagel@u-psud.fr avec pour objet  » Hommage à Michel Steinberg »

Lien Permanent pour cet article : http://hebergement.u-psud.fr/reliefetbassin/index.php/archive/balade-geochimique-mineralogique-orceenne-hommage-a-michel-steinberg-19-mai-2017/

Info INSU: Pourquoi trouve-t-on des roches très poreuses à plus de 3,5 km de profondeur

Pourquoi des réservoirs d’hydrocarbures sont-ils présents à de grandes profondeurs alors que les lois d’enfouissement prédisent une réduction drastique de la porosité ? C’est la question à laquelle des chercheurs de Géosciences Paris Sud (GEOPS, CNRS / Université PARIS-SUD) et de la société ENGIE ont répondu, au moins en partie, en réalisant une étude pétrographique et minéralogique de roches prélevées au large de la côte nord-ouest de l’Australie lors de compagnes de forages profonds. Ils ont également ainsi montré que les formations sableuses déposées dans des estuaires, et maintenant très enfouies, sont des cibles de choix pour la prospection pétrolière.
@INSU-CNRS

Retrouvez l’intégralité de l’article sur le site de l’INSU

Graphical Abstract

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A – Reconstruction de l’estuaire permien (il y a 270 Ma), localisé alors à 200 km au large de l’Australie. B – Observation au microscope électronique à balayage des agrégats de précurseurs argileux et des tapissages de chlorite ferreuse.

Source :

Saïag, J., Brigaud, B., Portier, E., Desaubliaux, G., Bucherie, A., Miska, S., Pagel, M., 2016. Sedimentological control on the diagenesis and reservoir quality of tidal sandstones of the Upper Cape Hay Formation (Permian, Bonaparte Basin, Australia). Marine and Petroleum Geology. 77, 597-624

Voir en ligne : site web INSU

Lien Permanent pour cet article : http://hebergement.u-psud.fr/reliefetbassin/index.php/archive/nouvel-article-marine-and-petroleum-geology/

Nouvel ouvrage : Pétrographie et environnements sédimentaires, avec Benjamin Brigaud

Le nouvel ouvrage de la collection Sciences Sup de chez Dunod, intitulé Pétrographie et environnements sédimentaires, vient de paraître. Ce livre, présentant un large spectre de roches sédimentaires, est co-écrit par Benjamin Brigaud (Maître de conférences à GEOPS).

Cet ouvrage s’adresse aux étudiants en licence et master des Sciences de la Terre, en licence de Biologie et Géologie, à ceux qui préparent les concours du CAPES ou de l’agrégation SV/STU, aux enseignants et aux curieux de géologie.
Les roches sédimentaires couvrent plus de soixante-dix pour cent de la surface terrestre, ce qui leur donne une importance de premier plan dans les domaines de l’environnement, de l’aménagement et des ressources géologiques.
Cet ouvrage est consacré à la description des sédiments et à leurs environnements de dépôt ainsi qu’aux processus qui vont peu à peu les transformer en roches sédimentaires.
L’accent est mis sur les aspects pétrographiques à diverses échelles, macroscopiques et microscopiques, avec de nombreuses photographies, en couleur pour certaines, de terrain, d’objets sédimentaires et de lames minces.
Des exercices avec leurs corrigés complètent ce livre.

Sommaire

 

  • 1. Sédiments et roches détritiques, dépôts volcanoclastiques.

Altération. Constitution et classification des sédiments et roches détritiques. Diagenèse des roches détritiques. Les roches volcanoclastiques.

  • 2. Sédiments et roches d’origine biologique, chimique ou biochimique.

Sédiments et roches carbonatés. Matière organique, sédiments et roches carbonés Autres roches d’origine chimique ou biochimique.

  • 3. Environnements sédimentaires.

Mise en place des sédiments. Exemples de milieux sédimentaires.

Biographie des auteurs
Jean-François Deconinck – Professeur en Sciences de la Terre au laboratoire Biogéosciences de l’université de Bourgogne.
Benjamin Brigaud – Maître de conférences en Sciences de la Terre au laboratoire Géosciences Paris Sud (GEOPS) de l’université Paris-Sud.
Pierre Pellenard – Maître de conférences en Sciences de la Terre au laboratoire Biogéosciences de l’université de Bourgogne.

Publics

Etudiants en Licence (2/3) Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Environnement, étudiants en Master 1 Sciences de la Terre, élèves des classes préparatoires BCPST, candidats aux concours de l’enseignement (CAPES, Agrégation)

Mots-clés

Géologie, Pétrologie, Sciences de la Terre

Voir en ligne : Lien vers Dunod

Lien Permanent pour cet article : http://hebergement.u-psud.fr/reliefetbassin/index.php/archive/nouvel-ouvrage-petrographie-environnements-sedimentaires-benjamin-brigaud/

CLAYCOAT: un programme national de R&D en géologie sédimentaire

CLAYCOAT « CLAY COATing in shallow marine clastic deposits to improve reservoir quality prediction » est un programme national de recherche et développement (R&D) en géologie sédimentaire, financé par ENGIE associant les Universités Paris-Sud, de Poitiers, l’Institut Polytechnique de Bordeaux et ENGIE.

Ce projet vient de démarrer au 1er janvier 2015 et se terminera en 2018. L’objectif de ce programme R&D est d’essayer d’améliorer notre compréhension sur le dépôt d’argile dans les séries sableuses estuariennes, formant de minuscules (10 micromètres) tapissages argileux autour des grains de quartz. Même minuscules, ces tapissages favorisent la conservation des bonnes porosités et perméabilités des sédiments lors de leur enfouissement, même à très grandes profondeurs (>3500m) et contribuent ainsi à former des réservoirs d’eau ou d’hydrocarbures. Cependant, les conditions de formation de ces argiles restent très peu connues (lieu dans l’estuaire, chimie de l’eau, timing…).

L’objectif de ce projet vise à mettre en parallèle (1) des observations et caractérisations sédimentologiques de dépôts quaternaires avec (2) des observations et analyses d’échantillons de subsurface afin de mieux comprendre l’origine du développement des tapissages argileux dans les grès.

Par analogie avec des analogues actuels, les processus en jeu déterminant la minéralogie et la distribution spatio-temporelle des tapissages argileux dans les réservoirs anciens devront être mieux appréhendés afin de prendre en compte ces paramètres dans les modèles de prédictions des qualités réservoirs.

Porteur du projet : Benjamin Brigaud (Université Paris-Sud)

Partenaires:

ENGIE (Eric Portier, Guy Désaubliaux),

Institut Polytechnique de Bordeaux (Raphaël Bourillot, Hugues Féniès)

Université de Poitiers (Patricia Patrier)

Université Paris-Sud (Maxime Virolle, Benjamin Brigaud)

Infos: CLAYCOAT

 

 

 

Lien Permanent pour cet article : http://hebergement.u-psud.fr/reliefetbassin/index.php/archive/claycoat-un-programme-national-rd-en-geologie-sedimentaire/

Influence du cycle du carbone sur des écosystèmes marins riches : les plateformes carbonatées

Les activités anthropiques aboutissent à un relargage important de CO2 qui entraine un enrichissement en carbone de l’atmosphère, contribuant ainsi au réchauffement actuel de la planète. Il est important de comprendre l’influence des changements du climat et du cycle du carbone sur la vie, et notamment sur des écosystèmes à la biodiversité très riche et sensible comme le sont les plateformes carbonatées (Bahamas, Grande barrière de corail, Maldives, Nouvelle-Calédonie…).
Pour cela, nous avons étudié des roches qui formaient une ancienne plateforme carbonatée en France (Nord du Bassin Aquitain) il y a environ 100 millions d’années (Crétacé). Le niveau des océans était alors bien plus élevé qu’aujourd’hui et la température de l’eau de mer en France était comparable avec celle des mers tropicales actuelles.
Nous avons reconstitué l’évolution de cette plateforme carbonatée pendant plus d’un million d’années en nous intéressant par exemple à sa morphologie et à la vie qui s’y développait.
Le δ13C est proportionnel au rapport entre deux isotopes du carbone : 13C/12C, le 12C étant enrichi dans la matière organique constituant le plancton marin. Une augmentation de ce rapport dans l’océan est associée à un stockage de carbone organique dans les sédiments, lors d’anoxie de l’océan. L’absence d’oxygène dans la colonne d’eau est provoquée par des blooms de production organique, consommant l’oxygène, et favorisés entre autres par l’augmentation du transfert de nutriments lors de périodes chaudes, marquées par l’augmentation du CO2 atmosphérique. Ces anoxies empêchent la matière organique de se dégrader. Le signal isotopique du carbone enregistré dans les sédiments marins est donc un bon marqueur du cycle du carbone.
Dans notre travail, l’étude des microfaciès carbonatés d’eaux peu profondes a permis d’en reconstituer deux types. Le premier est un faciès photozoan, riches en coraux, peloïdes et oolites, typique d’eaux oligotrophiques, c’est-à-dire pauvre en nutriments organiques (plancton). Le deuxième est un faciès heterozoan, riches en échinodermes, rudistes, bryozoaires et brachiopodes, typique d’eaux mésotrophiques à eutrophiques (riches en nutriments). L’analyse du δ13C a permis de reconstituer ses variations dans l’océan de manière très fine pendant la période géologique du Cénomanien (environ 95 Ma). Notre travail montre que l’augmentation du δ13C (>2,5‰) de l’océan Atlantique et Téthys est corrélé à un bouleversement de l’écosystème de la plateforme carbonatée : les coraux disparaissent au profit des bivalves, échinodermes et bryozoaires. L’augmentation du δ13C indique probablement une hausse de la productivité primaire de l’océan, impactant les plates-formes carbonatées d’eaux très peu profondes. Ce changement en termes de biodiversité est associé avec un changement de morphologie de la plate-forme marquée par l’apparition de cordons sableux (à débris bioclastiques d’échinodermes) et de bioconstructions à rudistes. Lorsque le δ13C augmente encore davantage (>3‰), les roches carbonatées disparaissent au profit de sédiments argileux et la vie devient beaucoup plus rare.
Cette étude tend à montrer que le cycle du carbone a une influence importante sur des écosystèmes très riches tels que les lagons ou les récifs coralliens.

Andrieu, S., Brigaud, B., Rabourg, T., Noret, A., 2015. The Mid-Cenomanian Event in shallow marine environments : Influence on carbonate producers and depositional sequences (northern Aquitaine Basin, France). Cretaceous Research. 56, 587-607

andrieu-2015

Lien Permanent pour cet article : http://hebergement.u-psud.fr/reliefetbassin/index.php/archive/influence-du-cycle-du-carbone-sur-des-ecosystemes-marins-riches-les-plateformes-carbonatees/

Journées Scientifiques du GFEJ – 09 et 10 Avril 2015, Dijon

Benjamin Brigaud participera à l’organisation des Journées Scientifiques du GFEJ les 09 et 10 Avril 2015 à Dijon. Ces journées intitulées « Biodiversité, Stratigraphie et Paléogéographie du Jurassique » seront l’occasion d’échanger à la fois en salle et sur le terrain sur les thématiques de la biodiversité, de la paléoécologie, des méthodes et applications de la stratigraphie et de la paléogéographie pour les différentes périodes du Jurassique. A l’interface entre la paléontologie et la sédimentologie, ces thèmes, chers à Jacques Thierry, ancien professeur de l’Université de Bourgogne, nous permettront de lui rendre un dernier hommage en compagnie de ses anciens élèves, collègues et amis et de faire un point sur les avancées récentes de notre communauté.

La journée du 09 Avril sera consacrée à la visite de coupes « historiques » en Bourgogne sur le Jurassique inférieur et moyen (Semur-en-Auxois, Pouillenay et Massangis). Un buffet sera proposé en fin de journée à 19h00 au bâtiment Gabriel de l’Université de Bourgogne.
La journée du 10 Avril sera consacrée aux présentations orales sur les thématiques affichées. Elle sera conclue par l’assemblée générale du GFEJ en fin de journée.
Inscription et contributions :
Merci d’envoyer votre participation pour le 1er Mars et vos contributions au format demandé ci-dessous pour le 15 Mars à Pierre.Pellenard_at_u-bourgogne.fr
Frais de participation :
Journée du 10 Avril : Etudiant (10 €); Membre GFEJ (20 €); Non membre (30 €)
Terrain (09 Avril) : étudiant (10 €); Membre GFEJ et non membre (20 €)
Paiement par chèque à l’ordre du GFEJ à adresser à Pierre-Yves Collin (UMR 6282 Biogéosciences, 6 bd Gabriel, UFR SVTE, Université de Bourgogne, 2100 Dijon)
Format des résumés :
Français ou anglais, 4 pages maximum, titre en gras centré times 14, liste des auteurs en times 12 centré, adresses des auteurs en times 10 centré, texte en times 12 interligne 1.5 marges 2 cm, format en .doc ou .docx. Les présentations seront au format .pdf ou .pptx et d’une durée de 12 min (+ 8 min de questions).

Comité d’organisation:
Benjamin BRIGAUD
Pierre-Yves COLLIN
Jean-Louis DOMMERGUES
Christophe DURLET
Pascal NEIGE
Pierre PELLENARD

http://www.gfej.asso.u-psud.fr/

affiche GFEJ2015

Lien Permanent pour cet article : http://hebergement.u-psud.fr/reliefetbassin/index.php/archive/journees-scientifiques-du-gfej-09-et-10-avril-2015-dijon/

ASF 2015: le programme des sessions

Le 15ème congrès français de sédimentologie aura lieu du 13 au 17 octobre 2015 à Chambéry. Vous pourrez trouver le programme des 27 sessions proposées: http://asf2015.sciencesconf.org/resource/page/id/44

L’équipe sera impliquée avec l’animation de deux sessions:

Session 16 – Architecture et diagenèse des réservoirs – B. Brigaud et J.-P. Girard

Session 17 – Minéralisations en contexte sédimentaire – O. Parize et J. Barbarand

Lien Permanent pour cet article : http://hebergement.u-psud.fr/reliefetbassin/index.php/archive/asf-2015-le-programme-des-sessions/

Participation de l’équipe au congrès de l’AGBP

Retrouver les résumés des travaux de l’équipe présentés lors du congrès de l’AGBP 2014 à Paris. PDF

Lien Permanent pour cet article : http://hebergement.u-psud.fr/reliefetbassin/index.php/archive/participation-de-lequipe-au-congres-de-lagbp/

Participation de l’équipe à la RST

Retrouver les résumés des travaux de l’équipe présentés lors de la RST 2014 à Pau.

PDF

Couverture_livre_resumes_small

Lien Permanent pour cet article : http://hebergement.u-psud.fr/reliefetbassin/index.php/archive/participation-de-lequipe-a-la-rst/

Terrain dans l’ouest de la France: de la Normandie à la Dordogne

De février à juillet 2014, 45 journées de terrain ont été organisées par Simon Andrieu dans les séries carbonatées du Jurassique de l’ouest de la France, de la Normandie à la Dordogne, en passant par la Sarthe, le Poitou ou les Charentes. L’objectif a été de réaliser des levés sédimentologiques sur plus d’une centaine de coupes sédimentaires, le long des côtes normandes et charentaises et dans un grand nombre de carrières, afin de décrire les différents faciès et de contraindre l’évolution des systèmes de dépôts. Ce terrain rentre dans le travail de thèse de Simon Andrieu sur la caractérisation des carbonates de l’ouest de la France ou l’un des objectifs est de quantifier la part relative des différents facteurs de contrôle (eustatisme, tectonique, chimie de l’océan ou climat) sur le développement des systèmes carbonatés du Jurassique de l’ouest de la France. Les échantillons prélevés seront étudiés au microscope afin de définir les microfaciès. Dans un second temps, des analyses au microscope à cathodoluminescence et des isotopes stables seront réalisées afin de caractériser les processus diagénétiques. L’influence de la diagenèse sur la variabilité des paramètres Φ-k n’est pas clairement établie dans les carbonates, notamment du fait de leur grande réactivité chimique. Cette influence sera étudiée dans un troisième volet de cette thèse.

Lien Permanent pour cet article : http://hebergement.u-psud.fr/reliefetbassin/index.php/archive/terrain-dans-louest-de-la-france-de-la-normandie-a-la-dordogne/

Info Université Paris-Sud: A 2000 mètres sous terre…

Les travaux de l’equipe Relief, Bassin et Ressources sur le forage profond du Bassin de Paris font la « Une » du site d’actualité de l’Université Paris-Sud:

http://www.actu.u-psud.fr/fr/recherche/actualites-2014/forage-profond.html

lien vers le volume 53 (Mai 2014) de  » Marine and Petroleum Geology « 

Article tirée du site web de l’Université Paris-Sud:

Une histoire géologique de 250 millions d’années a été reconstituée à partir d’un forage de 2000 mètres de profondeur dans l’Est du bassin parisien par un consortium de laboratoires issus de nombreuses universités, dont celle de Paris-Sud.Forage.jpg_669x1000

Infographie du forage réalisé. © Studio Durey / Andra

Une vue d’ensemble des sédiments qui se sont déposés dans l’Est du Bassin de Paris, de la surface jusqu’à 2000 mètres de profondeur, a été établie par un consortium de laboratoires issus de nombreuses universités françaises, dont Paris-Sud, et du CNRS, BRGM, IFPEN, IRD et IRSN. Ce forage profond a été réalisé par l’Andra (Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs) en 2008 et mis à la disposition de la communauté scientifique.

Les résultats de l’étude pluridisciplinaire de ce forage profond, supervisée par Pr. Maurice Pagel du laboratoire Géoscience Paris-Sud (GEOPS, Université Paris-Sud/CNRS), sont présentés dans le numéro paru fin mai 2014 de la revue Marine and Petroleum Geology (1).

Le programme de recherche intitulé TAPSS 2000 « Transferts Actuels et Passés dans un Système Sédimentaire aquifère-aquitard : un forage de 2000 m dans le Mésozoïque (2) du Bassin de Paris » a été mis en œuvre dans la région de Bure, où est situé le laboratoire de recherche souterrain de Meuse/Haute-Marne, créé en 1999 pour étudier la faisabilité d’un stockage géologique de déchets radioactifs . Le programme de recherche TAPSS 2000 auquel ont participé plus d’une vingtaine de laboratoires et organismes de recherches, a permis aux scientifiques de caractériser les roches sédimentaires de l’Est du Bassin de Paris en continu.

Des carottes géologiques ont été choisies en fonction des projets de recherche. Aucun projet de cette envergure n’avait été réalisé sur le sol français depuis le forage de Balazuc, en Ardèche, dont le volume 13, issue 6 de la Revue Marine and Petroleum Geology lui avait été consacré en 1996.

Les scientifiques ont étudié ce forage à travers des disciplines très variées telles que la sédimentologie, l’hydrogéologie, la géochimie isotopique, la géothermométrie, la paléoclimatologie, la pétrophysique, la diagenèse, la minéralogie et la géophysique. Ce programme a également été l’occasion de mettre en pratique de nouvelles méthodes d’analyse multidisciplinaires.

Les données obtenues dans chaque projet ont permis de mieux comprendre les différents processus géologiques en jeu dans ce bassin sédimentaire. Les principaux résultats mettent notamment en évidence, le rôle primordial des changements climatiques sur la production carbonatée en domaine marin peu profond.

L’importante sédimentation argileuse du Callovo-Oxfordien (3), présente dans le laboratoire souterrain, est favorisée par des eaux marines plutôt froides et l’évolution isotopique des sédiments enregistrent les cycles astronomiques de la Terre. La porosité des calcaires diminue fortement au cours du temps en liaison avec des circulations liées à des événements géodynamiques. Parmi les autres enseignements qu’ont recueillis les scientifiques figurent le fait que les températures dans le forage ont été 25°C plus chaudes qu’actuellement, ou encore que la diffusion verticale, processus très lent, est le principal vecteur de transport d’eau et d’éléments chimiques à l’échelle kilométrique.

Ce forage fut également l’occasion d’utiliser et d’améliorer de nouvelles méthodes d’analyse diagraphique. Il a contribué à la réalisation d’un modèle géologique à partir des données sismiques de haute résolution en permettant une calibration de grande qualité sur toute la colonne sédimentaire.


Notes de bas de page :

Université de Paris-Sud, UMR CNRS 8148 GEOPS

Université de Lorraine, UMR CNRS 7359 GeoRessources

Université de Bourgogne, UMR CNRS 6282, Biogéosciences

Université de Nîmes, UMR CNRS 6635 CEREGE

Université de Poitiers, UMR CNRS 7285 IC2MP

Université de Rennes, UMR CNRS 6118 Geosciences Rennes

Université de Paris 6, UMR CNRS 7193 ISTEP

Université de Pau et des Pays de l’Adour, UMR CNRS-TOTAL 5150 LFC-R

Université de St Etienne, UMR CNRS 6524, LMV

Université de Versailles Saint Quentin, UMR CNRS 1572 LSCE

Institut de Physique du Globe de Paris, UMR CNRS 7154 IPGP

Ecole Normale Supérieure, Géologie, UMR CNRS 8538

Université de Waterloo, Ontario, Canada

Andra, Chatenay-Malabry

IRSN, Fontenay-aux-Roses

IFP-EN, Rueil Malmaison

Cambridge Carbonate

Lien Permanent pour cet article : http://hebergement.u-psud.fr/reliefetbassin/index.php/archive/info-universite-paris-sud-a-2000-metres-sous-terre/