Abeille mellifère (apis mellifera) : maladies et parasites, mesures prophylactiques (2010-2011)

De Wikitic

Année 2010-2011 : Deuxième année de Licence Science, Technologie, Santé, (Biologie)
Équipe :

Marine Turpin Clara Lejeune Mehdi Belmaati Cherkaoui Goldenwiki-35px-blanc.PNG Article de qualité



" Pourquoi les abeilles disparaissent-elles ? "

Abeille Mellifère - COPYRIGHT: © Jan Moravec.? [1]

-->

-->

-->

-->

-->

-->

-->

-->

-->

-->

-->

-->

-->

-->



Les mots clés de notre sujet

Concepts retenus (mots pris dans les termes de l'intitulé du sujet):

  • abeille
  • mellif*
  • api*
  • maladi*
  • parasit*
  • mesure*
  • prophyla*

Termes génériques (termes plus larges):

  • insecte
  • hémynoptère
  • apiculture
  • ruche
  • élevage
  • pollinisation
  • espèce menacée
  • protection de l'environnement


Termes spécifiques (termes plus précis):

  • apis mellifera
  • pesticide
  • symptôm*
  • organisme nuisible
  • effondrement/disparition/perte des colonies
  • CDD (Colony Collapse Disorder)
  • varroa


Termes associés (termes de sens voisin):

  • abeille domestique
  • avette
  • mouche à miel
  • pathologi*
  • infection
  • trouble
  • antiseptique*/préventi*/protect*



Synthèse

Introduction

L’abeille mellifère (apis mellifera) est un insecte de l’ordre des hyménoptères, elle est couramment domestiquée par l’homme dans la production de miel et de cire, elle vit alors dans une ruche.

Les colonies comportent trois castes, chacune ayant des fonctions différentes : la reine, les ouvrières (des milliers) et les faux bourdons (quelques centaines). Les ouvrières ne peuvent pas se reproduire, seule la reine en est responsable. Le rôle de cette dernière, ainsi que celui des faux bourdons, est seulement reproductif. Les ouvrières, assurent tout le travail de la colonie, comme le nettoyage de celle ci, l’interception des abeilles étrangères et des animaux indésirables, la récolte du pollen, la production de la cire et du miel, etc. [2]


Ce sont des insectes pollinisateurs essentiels, ils interviennent dans la reproduction de nombreuses plantes (de culture et sauvages), son rôle écologique est très important.
Ne dit-on pas que si les abeilles disparaissaient, l'homme n'aurait plus que quelques années à vivre ? [3]


Depuis les années 1990, l’abeille est devenue une espèce menacée, il est donc impératif de bien connaitre ses maladies, ses parasites et les mesure prophylactiques que l‘on peut appliquer pour les en protéger.


Une espèce menacée : le syndrome d’effondrement des colonies d'abeilles

L’effondrement caractérise une perte rapide d’abeilles au sein d’une colonie, menant à son anéantissement. Ce phénomène correspond au syndrome nommé, en anglais, Colony Collapse Disorder, CCD. [4]
Les ouvrières disparaissent progressivement et il ne reste plus à la fin que quelques adultes et la reine, qui continue de pondre. Chaque ruche atteinte, se vide et fait exceptionnel, on ne retrouve aucun cadavre. [5]


Quelles sont les causes de cette surmortalité anormale des colonies d'abeilles ?
L’Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa) a publié un rapport (Mortalités, effondrements et affaiblissements des colonies d'abeilles) qui dénombre cinq catégories de causes dont une quarantaine de facteurs.


Nous allons détailler ci dessous certains de ces facteurs provoquants des maladies chez les abeilles ainsi que les mesures prophylactiques à appliquer pour réduire les risques de maladie.


Facteurs de la disparition des abeilles, maladies et parasites

Quels sont-ils?

L'autopsie de plusieurs abeilles provenant des différents élevages a pu déterminer que chaque colonie semble souffrir d'une combinaison de différentes pathologies [6]. Mais aucun à lui seul n'explique l'étendue des disparitions. Les chercheurs supposent alors qu'un seul facteur est responsable de l'affaiblissement du système immunitaire des abeilles, le sensibilisant à diverses infections.

Suspect : Les produits chimiques

La théorie des poisons synthétiques est envisageable et se concentre principalement sur les acaricides - produits chimiques utilisés par les apiculteurs pour détruire les acariens - et les pesticides. [6] En effet, de nombreux produits phytosanitaires possèdent des phases de risques, notamment vis-à-vis des dates de traitement -pendant les floraisons-, car la matière active se retrouve dans le pollen des fleurs.[5]L'utilisation de façon systématique de poisons synthétiques agit sur le système nerveux des abeilles.

Même si les pesticides affaiblissent les abeilles, en comparant les colonies saines et les malades, les chercheurs en ont déduit qu'aucun produit chimique en lui-même ne peut être la conséquence du syndrome d'effondrement des colonies.

Varroa destructor vu au microscope - COPYRIGHT: © Scott Bauer. Garza Subtropical Agricultural Research Center Weslaco, Texas, Etats-Unis [7]
Fibrillanosema spore - COPYRIGHT: © Leon White. [8]


Suspect : Le varroa destructor

Le varroa destructor est l'acarien parasite le plus nuisible et le plus destructeur des abeilles (45% du nombre des colonies).[6]Ces acariens sont porteurs de virus, par des injections toxiques, ils provoquent un stress important dans la colonie et diminuent les réactions immunitaires de ses hôtes. La femelle varroa adulte se nourri de l'hémolymphe (sang des abeilles).

Néanmoins les colonies malades à cause du varroa, ne présentent pas d'infections suffisantes pour expliquer le syndrome d'effondrement [6]


Suspect : Les parasites

Les colonies souffrant du syndrome peuvent être infectées par des champignons unicellulaires, tel que Nosema apis - une microsporidie.

Lors de l’absorption d’aliments ou lors du toilletage, ce parasite envahit les cellules épithéliales du ventricule de l'abeille adulte [9] et provoque une dysenterie (infection intestinale).

Le champignon est aussi bien présent dans les colonies malades que celles en bonne santé. Le parasite Nosema apis peut être un facteur du syndrome d'effondrement, mais il ne peut pas être la seule cause.[9]


Suspect : Le virus israélien de la paralysie aiguë

Un virus se distingue dans la plupart des colonies malades : le virus israélien de la paralysie aiguë (IAPV pour Israeli acute paralysis virus). Concernant ce dernier, identifié pour la première fois en Israël, une étude [10]émet l'hypothèse d'un lien entre l'importation d'abeilles d'Australie en 2004 ( premier pays et date à laquelle les abeilles auraient commencé à mourir) jusqu'en Amérique, où le virus IAPV est plus virulent. Selon J.Pettis, le système immunitaire ainsi affaibli par le mite varroa serait la cause de la vulnérabilité de l'abeille à l'IAPV. Puisqu'en Australe où il n'y a pas de mite varroa, ces mêmes abeilles infectées par l'IAPV y sont moins vulnérables. Il existe trois souches différentes de ce virus et deux d'entre elles infectent les abeilles[6] en les paralysant. Les symptômes sont semblables à ceux du syndrome d'effondrement. Toutefois on ne peut affirmer de lien de cause à effet; ce n'est qu'une cause potentielle parmi les pesticides, les OGM entre autres ou une compilation de ces derniers.


Mesures prophylactiques

Pour éviter de favoriser le développement des maladies, il faut utiliser des produits, des techniques et des matériaux appropriés lors de l’entretien de la ruche, même si les abeilles savent se protéger seules de plusieurs agents pathogènes.


Il existe plusieurs mesures de prophylaxie destinées à l’apiculteur  :

  • l’hygiène : nettoyer régulièrement la ruche et changer la cire tous les ans [2]
  • l’installation de la ruche : éviter de placer la ruche dans un milieu trop humide (l’isoler du sol)
  • pour nourrir les colonies : utiliser des produits adaptés aux abeilles afin d’éviter une intoxication de la colonie
  • autres pratiques : éviter de mettre les colonies dans des situations de fort stress[2] et éviter d’exposer les abeilles aux cadres ou à d’autres matériaux de la ruche, ayant eu des maladies


Les médicaments peuvent aussi être utilisés mais seulement dans des situations bien précises. Il faut toujours employer des produits autorisés par les services sanitaires et respecter les prescriptions d’usage du fabricant. Les antibiotiques sont des médicaments purement curatifs et non préventifs, une utilisation inappropriée risquerait de mettre en danger la santé des abeilles.



Conclusion

Pollinisation d'une fleur de pissenlit par une abeille - COPYRIGHT: © Guérin Nicolas. [11]


Le syndrome de l'effondrement des colonies tue les abeilles qui sont essentielles à la pollinisation des cultures de fruits et de légumes. [6]

Un tier de la production agricole du monde dépend de l'abeille européenne.[6] Sans les abeilles, notre diversité alimentaire serait réduite. Beaucoup d’aliments disparaîtraient tels que fruits, confitures, gelées et amandes. Une partie des produits laitiers serait également atteinte car les vaches laitières se nourrissent de luzerne qui doit préalablement être pollinisée.


L'homme doit donc réagir efficacement à ce syndrome d'effondrement des colonies d'abeilles, ou sinon son alimentation et les flux économiques en seraient sérieusement bouleversés à l’aube du XXIème siècle.[5]



A voir aussi

Le film Disparition des abeilles : la fin d’un mystère (documentaire de 52min. Mona Lisa production/Mandarava productions avec la participation de France 5/Télé-Québec/RTBF) propose une explication à la disparition des abeilles. Selon lui, ce sont les pesticides qui affaiblissant l’organisme des abeilles, rend alors celles ci plus vulnérables aux parasites, virus et champignons.



Bibliographie

Liste de références d'articles d'encyclopédies pour notre sujet

  • (réf. 1)

PHAM-DELÈGUE, Minh-Hà. APICULTURE. [en ligne]. Encyclopaedia Universalis. [ref. du 20/11/2010]
Disponible sur internet : <http://www.universalis-edu.com>

Liste de références de livres pour notre sujet

  • (ref. 2)

FERNANDEZ, Nestor ; COINEAU, Yves. Maladies, parasites et autres ennemis de l'abeille mellifère. Biarritz ; Paris : Atlantica, 2007. 1 vol., 498 p. ISBN : 978-2-7588-0001-9
Cote Orsay-BU Sciences : 595.7 FER mal

  • (ref. 3)

TASSEEL, Grégoire; LOISEAU, Philippe (Dir.de thèse).Actualités sur les principales pathologies de l'abeille domestique Apis mellifera et leurs traitements. Université de soutenance de Paris-sud 11, Faculté de pharmacie Châtenay-Malabry, 2006. 1 vol., 83p. n° national de thèse: 2006PA114119

Liste de références d'articles de presse pour notre sujet

  • (réf.4)

KLINGLER, Cécile. Des pistes pour sauver les abeilles. La Recherche, janvier 2008, n°415, pages 50 à 54. [en ligne]. La Recherche. [ref. du 22/11/2010]
Disponible sur internet : <http://www.larecherche.fr/content/recherche/article?id=2676>

  • (réf.5)

COX-FOSTER, Diana - ENGELSDORP, Dennis Van. Sauvons les abeilles. Pour la science, mai 2005, n°379, pages 28 à 35.
Disponible à la BU Sciences d'Orsay.

Liste de références de documents web pour notre sujet

  • (ref. 6)

EcoloTrader (pseudonyme). Effondrement des colonies d'abeille : un réel problème. [en ligne]. Terre & Finance. [ref. du 18/11/2010]
Disponible sur internet : <http://www.terre-finance.fr/Effondrement-des-colonies-d-abeille-un-reel-proble-vtptc-155.php>

  • (ref. 7)

Jean Etienne. Surmortalité des abeilles : plus de 40 causes identifiées par l’Afssa. [en ligne]. Futura-sciences . [ref. du 22/04/2010]
Disponible sur internet : <http://www.rucherpedagogique.com/2010/04/surmortalite-des-abeilles-plus-de-40.html>

  • (ref. 8)

Agence française de sécurité sanitaire des aliments. Mortalités, effondrements et affaiblissements des colonies d'abeilles. [en ligne]. Anses. [ref. du 20/11/2010]
Disponible sur internet : <http://www.anses.fr/Documents/SANT-Ra-MortaliteAbeilles.pdf>

  • (ref. 9)

Nosemose des abeilles - Nosemosis Ceranae. [en ligne]. Traduction de Organisation Mondiale de la Santé Animale - 2008 & Traduction de Nosema Ceranae sur Wikipedia. [ref. du 26/11/2010]
Disponible sur internet : <http://www.rucherpedagogique.com/2009/02/nosemose-des-abeilles-nosemosis-ceranae.html>

  • (ref. 10)

Paralysing virus a suspect in disappearing bee mystery - Roxanne Khamsi © New Scientist- 2007. [ref. du 30/11/2010]
Disponible sur internet: <http://www.newscientist.com/article/dn12605-paralysing-virus-a-suspect-in-disappearing-bee-mystery.html>



Notes et origines des citations

  1. http://www.eol.org/pages/1045608
    Image of Apis mellifera mellifera Linnaeus 1758 COPYRIGHT: © Jan Moravec. Public Domain
  2. 2,0, 2,1 et 2,2 Maladies, parasites et autres ennemis de l'abeille mellifère, Nestor Fernandez, Yves Coineau, Biarritz ; Paris : Atlantica, 2007, p13, 54 et 55
  3. http://www.universalis-edu.com, Apiculture, Minh-Hà Pham-Delègue,[en ligne]. Encyclopaedia Universalis
  4. http://www.anses.fr/Documents/SANT-Ra-MortaliteAbeilles.pdf, Agence française de sécurité sanitaire des aliments, p.29
  5. 5,0, 5,1 et 5,2 http://www.terre-finance.fr/Effondrement-des-colonies-d-abeille-un-reel-proble-vtptc-155.php [archive] , EcoloTrader (pseudonyme), Effondrement des colonies d'abeille : un réel problème. [en ligne]. Terre & Finance.
  6. 6,0, 6,1, 6,2, 6,3, 6,4, 6,5 et 6,6 Sauvons les abeilles, COX-FOSTER, Diana - ENGELSDORP, Dennis Van. Pour la science, mai 2005, n°379, page 28 à 34.
  7. http://www.ars.usda.gov/is/graphics/photos/may08/k5111-7.htm
    Image Number K5111-7 - Close-up of a Varroa jacobsoni mite COPYRIGHT: © Scott Bauer. Public Domain
  8. http://en.wikipedia.org/wiki/Microsporidia
    Image of Sporoblast of Fibrillanosema crangonycis COPYRIGHT: © Leon White. Public Domain
  9. 9,0 et 9,1 http://www.rucherpedagogique.com/2009/02/nosemose-des-abeilles-nosemosis-ceranae.htmlNosemose des abeilles - Nosemosis Ceranae. [en ligne]. Traduction de Organisation Mondiale de la Santé Animale - 2008 & Traduction de Nosema Ceranae sur Wikipedia
  10. http://www.newscientist.com/article/dn12605-paralysing-virus-a-suspect-in-disappearing-bee-mystery.html Paralysing virus a suspect in disappearing bee mystery - Roxanne Khamsi © New Scientist- 2007.
  11. http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Image-Pollination_Bee_Dandelion_Zoom2.JPG
    Pollinisation d'une fleur de pissenlit par une abeille, on peut voir la quantité de pollen transporté par l'insecte COPYRIGHT: © Guérin Nicolas. Public Domain


Retour à la rubrique Catégories